A la rencontre d'Olivier PEDEMAS

Ce mois-ci le CFGB vous invite à la rencontre d’Olivier PEDEMAS, âgé de 50 ans, actuel entraîneur principal de l’équipe de Luzenac. Olivier avait jusqu’alors occupé le poste de préparateur de gardiens professionnels que ce soit au Mans, ou avec l’équipe Nationale de Côte d’Ivoire ou encore au Qatar avec Sabri Lamouchi.

En tant que gardien, Olivier a participé à 381 matchs de championnat professionnel ainsi qu’à 30 matchs de coupes Nationales, que ce soit avec le Toulouse FC, le Mans ou la Bérichonne de Chateauroux. Il a aussi pu porter le maillot floqué du coq (FFF) dans les catégories de jeunes au côté de Marcel Desailly ou Didier Deschamps entre autres.

Joint par téléphone, Olivier nous fait le plaisir de participer à ce petit questions/réponses.

CFGB : Olivier bonjour, merci de nous donner un peu de ton temps pour répondre à nos questions.

Comment as-tu envie de devenir gardien de but ? A quel âge as-tu commencé à jouer dans les buts ?

 

Olivier Pédémas : Bonjour, j’ai commencé le football en U12 comme attaquant, puis en U13 suite à la blessure du gardien, on a demandé qui voulait aller dans le but et mon père m’a dit : « vas-y ». J’ai vite pris goût à ce poste, qui, comme celui de l’attaquant, est souvent déterminant dans le résultat d’un match.

CFGB : En club amateur, avais-tu des séances spécifiques ?

Olivier Pédémas : non, cela n’existait pas, c’est mon père (ancien gardien) qui me faisait des séances individuelles pour m’apprendre les bases et les subtilités du poste.

 

CFGB : Lorsque tu es entré au centre de formation du Toulouse FC tu avais combien de spécifiques ?

Olivier Pédémas : aucun pendant les 2 premières années. Comme j’étais le seul gardien, j’étais très sollicité dans les ateliers et les séances de l’équipe. Ensuite est arrivé Elie Baup qui m’entraînait une fois par semaine.

 

CFGB : Quel était ton exemple dans les buts et pourquoi ?

Olivier Pédémas : Mon plus bel exemple était mon père. Ma mère avait des livres des coupures de journaux et d’images où on le voyait faire des sorties et des plongeons, je les regardais souvent et m’en inspirait.
Sinon en gardiens pros je dirais Rinat Dasaev le gardien de la Russie (URSS) ou en France Gaëtan Huard.

 

CFGB : Quels étaient tes points forts ?

Olivier Pédémas : Je pense que j’étais un gardien complet, l’important pour moi était de bien maîtriser les bases techniques, de bien travailler athlétiquement, c’est un poste qui demande de la puissance et de l’explosivité. J’avais un très bon placement et une bonne lecture de jeu. Virtuellement on pourrait dire qu’un gardien qui arrive à bien lire le jeu et à bien se déplacer ne devrait pas avoir besoin de plonger.

 

CFGB : Quel gardien as-tu croisé, que ce soit en tant que joueur ou entraineur, qui t’a le plus impressionné ? Pourquoi ?

Olivier Pédémas : Pour avoir joué contre lui, sans hésitation je dirais Bernard Lama, pour sa lecture du jeu aérien et sa détente, il donnait vraiment l’impression d’être un chat, c’est d’ailleurs le surnom qui lui a été donné.

 

CFGB : Aujourd’hui quel est pour toi le meilleur gardien français ? Et étranger ?  

Olivier Pédémas : Hugo Lloris reste pour moi le numéro un, j’aime bien dans les gardiens qui arrivent Benjamin Lecomte qui fait du bon boulot depuis 2 ans à Montpellier. Il y a aussi Paul Bernardoni que j’ai trouvé intéressant sur quelques matchs cette saison avec Nîmes. A l’étranger j’aime beaucoup : Jan Oblak.

 

CFGB : Que penses-tu de l’évolution du poste de gardien de but ? Qu’est ce qui a changé d’après toi ?

 

Olivier Pédémas : La grande évolution est le jeu au pied, attention à ne pas en abuser dans les entraînements car il ne faut pas oublier que le gardien doit avant tout savoir arrêter et bloquer le ballon, il le fait avec les mains. La technique du gardien a évolué aussi à cause des frappes (plus fortes) et des ballons (plus légers et flottants), les gardiens de haut niveau ne peuvent plus garder les ballons. Il y a un gros travail de placement du corps à faire pour se mettre en opposition et pouvoir utiliser des déviations à l’image d’un réceptionneur au volleyball. Je constate qu’il y a beaucoup d’erreur de placement et de déplacement actuellement dans les matchs, même ceux du haut niveau. L’évolution est aussi technologique, beaucoup de club utilise du matériel de pointe pour analyser telle ou telle action ou geste. Il y a malheureusement un commerce parallèle qui s’est créer avec l’arriver de nouveau métier ou du matériel qui sont pour moi, superflus et pas forcément très utiles. On oublie un peu que le poste reste une histoire d’homme et de prise de décision sur un instant précis et différent à chaque fois. On ne peut pas programmer « nos » interventions en match.

 

CFGB : Quelles sont pour toi aujourd’hui les qualités pour réussir à haut niveau ?

Olivier Pédémas : Le mental et l’entourage. Il faut se construire une bulle pour se protéger de tout ce qui peut polluer la performance et la concentration. Il faut arrêter de devoir subir des pressions, il faut se focaliser sur le travail. Si un gardien est bien dans sa peau et dans sa tête il a déjà tout pour réussir. S’il a tout cela il peut dire merci à ses parents.

 

CFGB : Comment es-tu devenu entraîneur de gardien ?

Olivier Pédémas : Lorsque j’ai arrêté ma carrière de joueur au Mans, le club m’a proposé de prendre les gardiens, parce que je suis un passionné du poste. J’ai eu aussi la volonté de vouloir me donner les moyens pour y arriver.

CFGB : Aurais-tu un conseil pour nos éducateurs ?

Olivier Pédémas : Ne mettez pas la pression à vos gardiens, pensez que chaque gardien est différent, que chaque profil est différent. Il faut les faire travailler en fonction de leur profil, et adapter les ateliers en fonction de leurs qualités

 

CFGB : Olivier, au nom de tout le CFGB, je tiens à te remercier pour avoir répondu à ces questions, un petit mot de fin ?

Olivier Pédémas : Merci pour ce petit moment passé avec toi, je suis toujours content de parler de ce poste. Je souhaite à tout le monde de continuer à prendre du plaisir. Je souhaite une bonne continuation à tous les gardiens, les éducateurs et dirigeants du CFGB. Je vais essayer vous rendre visite un de ces jours durant une de mes journées de repos.


CFGB : Quelles sont pour toi aujourd’hui les qualités pour réussir à haut niveau ?

Olivier Pédémas : Le mental et l’entourage. Il faut se construire une bulle pour se protéger de tout ce qui peut polluer la performance et la concentration. Il faut arrêter de devoir subir des pressions, il faut se focaliser sur le travail. Si un gardien est bien dans sa peau et dans sa tête il a déjà tout pour réussir. S’il a tout cela il peut dire merci à ses parents.

 

CFGB : Comment es-tu devenu entraîneur de gardien ?

Olivier Pédémas : Lorsque j’ai arrêté ma carrière de joueur au Mans, le club m’a proposé de prendre les gardiens, parce que je suis un passionné du poste. J’ai eu aussi la volonté de vouloir me donner les moyens pour y arriver.

CFGB : Aurais-tu un conseil pour nos éducateurs ?

Olivier Pédémas : Ne mettez pas la pression à vos gardiens, pensez que chaque gardien est différent, que chaque profil est différent. Il faut les faire travailler en fonction de leur profil, et adapter les ateliers en fonction de leurs qualités

 

CFGB : Olivier, au nom de tout le CFGB, je tiens à te remercier pour avoir répondu à ces questions, un petit mot de fin ?

Olivier Pédémas : Merci pour ce petit moment passé avec toi, je suis toujours content de parler de ce poste. Je souhaite à tout le monde de continuer à prendre du plaisir. Je souhaite une bonne continuation à tous les gardiens, les éducateurs et dirigeants du CFGB. Je vais essayer vous rendre visite un de ces jours durant une de mes journées de repos.

 

CFGB : Quelles sont pour toi aujourd’hui les qualités pour réussir à haut niveau ?

Olivier Pédémas : Le mental et l’entourage. Il faut se construire une bulle pour se protéger de tout ce qui peut polluer la performance et la concentration. Il faut arrêter de devoir subir des pressions, il faut se focaliser sur le travail. Si un gardien est bien dans sa peau et dans sa tête il a déjà tout pour réussir. S’il a tout cela il peut dire merci à ses parents.

 

CFGB : Comment es-tu devenu entraîneur de gardien ?

Olivier Pédémas : Lorsque j’ai arrêté ma carrière de joueur au Mans, le club m’a proposé de prendre les gardiens, parce que je suis un passionné du poste. J’ai eu aussi la volonté de vouloir me donner les moyens pour y arriver.

CFGB : Aurais-tu un conseil pour nos éducateurs ?

Olivier Pédémas : Ne mettez pas la pression à vos gardiens, pensez que chaque gardien est différent, que chaque profil est différent. Il faut les faire travailler en fonction de leur profil, et adapter les ateliers en fonction de leurs qualités

 

CFGB : Olivier, au nom de tout le CFGB, je tiens à te remercier pour avoir répondu à ces questions, un petit mot de fin ?

Olivier Pédémas : Merci pour ce petit moment passé avec toi, je suis toujours content de parler de ce poste. Je souhaite à tout le monde de continuer à prendre du plaisir. Je souhaite une bonne continuation à tous les gardiens, les éducateurs et dirigeants du CFGB. Je vais essayer vous rendre visite un de ces jours durant une de mes journées de repos.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0


Nous contacter

105 Avenue Charles Vidau

84300 Cavaillon

Tel: 04.90.06.05.96
cfgbcavaillon@gmail.com

Newsletter